DIVERS

La Poésie à la Légion Étrangère

 

Thi-Ba

Flexible
flanc mat sous le corsage d'indienne au nœud lâche
elle
s'exile d'un regard trop prompt
vers le camaïeu d'horizons liquides.
Je souffle : Thi-Bâ !
Une fossette ensoleille sa joue ; deux virgules inverses
ponctuent son râble de batracienne
qu'emprisonne
un écheveau de reflets moirés :
Passe ton chemin soldat !
De la berge, je la respire. Elle
à l'odeur métisse de bétel et de mangue.

Délicate ondine de proue
greffée à l'amphore des hanches
son buste
émerge de la rizière.
Nhà-qué ou princesse ? Qui le sait soldat ?
A tes souhaits !
Sous l'aile d'ombre

Suite